ActualitésActualités

Allocution de M. Yoshiro MORI, ancien Premier Ministre du Japon (2ème Corbeille, Sommet franco-africain) 15 février 2007, Cannes, France

Votre Excellence Monsieur Denis Sassou Nguesso, Président de la République du Congo,
Mesdames et Messieurs

Je vous remercie pour cette nouvelle opportunité de partager mon message avec chacun d’entre vous après la cérémonie d’ouverture ce matin.

(L’Afrique en tant que partenaire majeur de la communauté internationale)

Un des facteurs de grande importance pour lequel l’Afrique attire l’attention du monde est une reconnaissance répandue selon laquelle la communauté internationale dans son ensemble doit s’atteler aux problèmes, comme s’il s’agissait de défis pour la communauté internationale entière, tels que les conflits, la pauvreté, la famine et les maladies infectieuses, qui sont actuellement concentrés en Afrique. La paix et la stabilité en Afrique et celles de la communauté internationale dans leur ensemble forment des éléments essentiels pour la prospérité du Japon. Le Japon souhaite ainsi remplir son rôle en tant que membre responsable de la communauté internationale.

Cependant, l’Afrique n’attire pas l’attention du monde seulement pour la raison que je viens d’évoquer. L’Afrique aujourd’hui a développé ses initiatives en matière de développement en établissant le Nouveau Partenariat pour le Développement de l’Afrique(NEPAD). L’Afrique accomplit une série d’efforts concrets, avec l’UA en son centre, afin de contrer les conflits qui sont malheureusement persistant de nos jours. Dans ce contexte, nous reconnaissons que pour relever les défis que la communauté internationale affronte aujourd’hui, le partenariat avec l’Afrique, en tant qu’acteur diplomatique majeur, est crucial.

Afin que la communauté internationale puisse répondre de manière adéquate à de tels défis rencontrés par l’Afrique, il est nécessaire que le poids et la position de l’Afrique soient proprement reflétés au sein du système onusien, notamment dans le Conseil de Sécurité. L’environnement international a bien change par rapport à celui de 1945 où ont été fondées les Nations Unies. Dans le même temps, le Japon a surmonté les difficultés qu’il a connues suite à sa défaite après la Seconde Guerre Mondiale et joue maintenant un rôle important en tant que nation pacifique agissant en faveur de la paix et la stabilité de la communauté internationale. Cependant, les Nations Unies, notamment en ce qui concerne le Conseil de Sécurité et sa compsotion, sont jusqu’à présent dans l’incapacité de s’adapter à de tels changements d’époques. Afin d’améliorer la représentativité de l’Afrique au Conseil de Sécurité, de façon concomitante aux autres buts, nous devons réaliser une prompte réforme du Conseil avec des approches réalistes.

(Apparition de nouveaux donateurs)

Ces dernières années, l’Afrique assiste à une nouvelle vague de changements en plus de ceux que je viens de mentionner. Plus spécifiquement, c’est l’extension de l’aide par des pays qui étaient précédemment des récipiendaires. Ces pays n’offrent pas seulement de l’aide, mais ils accroissent également leur commerce et leurs activités d’investissement avec l’Afrique.

Le Japon a promu la coopération entre l’Asie et l’Afrique par le biais du processus de la TICAD. Dans ce cadre, le Japon agit comme un catalyseur pour appliquer à l’Afrique les succès de l’Asie. Le 4ème Forum des Affaires Asie-Afrique qui s’est tenu ce mois-ci en Tanzanie n’est qu’une des nombreuses mesures que nous prenons pour la réalisation de cet objectif. Fondamentalement, le Japon salue l’émergence de nouveaux donateurs pour l’Afrique. Nous voyons ce phénomène comme un signe du nombre grandissant de partenaires qui s’intéressent aux questions africaines et une augmentation des ressources pour les fonds de développement ainsi que pour le savoir-faire. Ce sont les raisons pour lesquelles le Japon a promues la coopération Sud-Sud et nous croyons ainsi que les récents efforts de nouveaux pays donateurs doivent être appréciés

En même temps, pour que la communauté internationale puisse promouvoir l’aide de manière efficace et effective, il est particulièrement crucial que chaque partenaire assure la transparence et respecte les règles internationales dans ses actions d’assistance tout en coopérant avec tous les autres en tant que partenaire constructif de la communauté internationale. Assurer la transparence et respecter les règles internationales sont des éléments essentielles pour améliorer l’environnement des affaires sur le long et moyen terme et accroître le commerce et l’investissement avec les partenaires. Aussi, crois-je qu’il est extrêmement important, pour des récipiendaires de l’aide, d’etre attentif à ces aspects.

Le Japon s’engage activement en faveur de l’aide à l’Afrique en tant qu’un des donateurs traditionnels aux côtés de la France et d’autres pays. Le Japon déclare de nouveau qu’il est prêt à participer activement encore davantage en coordonnant et coopérant étroitement non seulement avec la France et des autres donateurs traditionnels avec lesquels le Japon partage des même buts et une responsabilité, mais également avec les nouveaux partenaires émergents, dans les discussions concernant les problèmes de l’Afrique dans la société internationale.

Je vous remercie de votre attention.


barre de menu gauche
  • 2014
  • 2013
  • 2012
  • 2011
  • 2010
  • 2009
  • 2008
  • 2007
  • Relations bilatérales