ActualitésActualités

« Reconstruction ouverte » après le grand séisme de l’Est du Japon

Vers un Japon sûr, rassurant et qui coexiste harmonieusement avec le reste du monde grâce à vos aides chaleureuses.

 « Encore Merci »
Veuillez accepter à nouveau notre sincère gratitude pour l’aide et le soutien que votre pays nous a apportés suite au grand séisme de l’Est du Japon. Le gouvernement japonais, qui continue de travailler avec les habitants des zones sinistrées ainsi que l’ensemble de la population japonaise, fait tout son possible pour surmonter cette épreuve, protéger les sinistrés incluant les ressortissants étrangers et permettre une reconstruction la plus rapide possible.

 

 Le rétablissement d’un Japon sûr et rassurant :
Petit à petit, le Japon poursuit solidemment ses avancées en faveur d’un rétablissement de la sûreté sur le site de la centrale nucléaire de Fukushima Dai-ichi. En effet, à Tokyo et dans les régions autres que celles situées à proximité de la centrale, le taux de radiation est revenu à la normale et ne présente aucun danger pour la santé. L’Agence Internationale de l’Énergie Atomique (AIEA) a mandaté au Japon une mission d’enquête du 24 mai au 2 juin 2011, qui a présenté son rapport préliminaire le 1er juin dernier. Ce rapport stipule qu’« à ce jour, aucun problème de santé humaine n’a été rapporté résultant d’une contamination radioactive induite par l’accident nucléaire de Fukushima Dai-ichi ». Pas à pas, nous faisons en sorte de retrouver un Japon sûr et rassurant en mobilisant les connaissances et les technologies des différents pays, et en poursuivant nos efforts pour stabiliser la situation sur le site de Fukushima.
Lors du Sommet du G8 qui s’est tenu en mai à Deauville (France), le Premier ministre Naoto KAN a déclaré que le Japon avait la responsabilité de partager les expériences et les enseignements tirés de l’ accident de Fukushima afin de permettre l’établissement sur le plan international des niveaux de sûreté nucléaire les plus élevés. Le 7 juin 2011, le gouvernement japonais a présenté son rapport à l’AIEA lors de sa Conférence ministérielle sur la Sûreté nucléaire. Il a en outre commencé une analyse en profondeur des causes de l’accident, en créant une « Commission d’enquête et de vérification » sur Fukushima. Le Japon continuera de partager avec la communauté internationale les enseignements tirés de cet accident avec un maximum de transparence et apportera une contribution prépondérante dans les discussions sur la sûreté nucléaire mondiale.

 

Trois formes de coexistences pour une « reconstruction ouverte » :
Le Japon, conjointement avec la communauté internationale, réalisera une « reconstruction ouverte » tournée vers l’avenir de manière à pouvoir rendre les bienfaits dont il a bénéficié. Lors de la présente épreuve, les gens à travers le monde ont marqués les images de Japonais s’entraidant et faisant leur possible pour reprendre le dessus. Un tel comportement peut être interprété comme l’expression de cet esprit de « coexistence » que les Japonais entretiennent de génération en génération. L’évolution humaine se fait à travers la compétition, et sa perpétuation dépend de sa capacité à coexister. Et la coexistance deviendra probablement la plus essentielle pour les générations à venir.
Une de ses formes est la « coexistence entre les individus ». Le concept de sécurité humaine, dont le Japon est défenseur sur la scène internationale, est un reflet de cet état d’esprit cultivé par les Japonais.
Une autre forme est celle de la « coexistence entre les nations ». L’une des missions de la diplomatie japonaise, qui a contribuée à la paix et au développement de son pays d’aujourd’hui par la coopération internationale, est d’encourager une coexistence harmonieuse entre les nations par la promotion des échanges internationaux dans les domaines politique, sécuritaire et économique.
Enfin, la « coexistence de l’homme avec la Nature » est indispensable. Fort des enseignements tirés du grand séisme de l’Est du Japon et de l’accident de la centrale de Fukushima, le Japon est décidé à prendre l’initiative lors des discussions internationales sur le renforcement de la sûreté nucléaire et la politique environnementale, en plus de répondre aux catastrophes naturelles de grande ampleur.
Pour terminer, nous souhaitons insister sur le fait que le Japon continuera d’être « open for business and travel » (ouvert aux affaires et au tourisme). Comme nous l’avons évoqué précédemment, nous avons d’ores et déjà reçu une aide importante de votre pays et du reste du monde entier. Toutefois, si nous nous permettions, nous prions les personnes qui souhaiteraient continuer à nous aider de comprendre que la façon la plus utile de nous aider sera de continuer à promouvoir les échanges professionnels et d’encourager les touristes et les étudiants à se rendre au Japon.



barre de menu gauche
  • 2016
  • 2015
  • 2014
  • 2013
  • 2012
  • 2011
  • 2010
  • 2009
  • 2008
  • 2007
  • Relations bilatérales