ActualitésActualités

Déclaration du Secrétaire général du Cabinet concernant le lancement d’un missile par la République populaire démocratique de Corée (le 12 décembre 2012)

(traduction provisoire)

 

1. Aujourd’hui, vers 9h49, la Corée du Nord a procédé au lancement d’un missile qualifié par Pyongyang de « fusée ». Suite à ce lancement, le Gouvernement du Japon a convoqué une réunion de sécurité. Dans le même temps, et conformément aux directives du Premier ministre NODA, le Gouvernement prend toutes les mesures nécessaires pour s’assurer entre autres que les régions survolées par ce missile sont sécurisés. A l’heure actuelle, nous n’avons à déplorer aucun dégât.

 

2. Malgré les appels répétés des parties concernées, dont le Japon, et du reste de la communauté internationale pour que la Corée du Nord cesse instamment ses projets de lancement, ce nouveau coup de force représente du point de vue de la sécurité une grave provocation qui menace la paix et la stabilité de la région, dont le Japon. Ce lancement constitue également une violation des résolutions 1874 du Conseil de sécurité des Nations Unies qui interdit à la Corée du Nord de procéder à tout lancement d’engins balistiques, ainsi que des résolutions 1695 et 1718 qui s’y rapportent. De même, il va à l’encontre de la Déclaration de la Présidente du Conseil de sécurité (S/PRST/2012/13) suite au lancement d’un missile à longue portée le 16 avril 2012. Il s’oppose enfin à l’esprit de la Déclaration conjointe des Pourparlers à six de septembre 2005. Compte tenu des points susmentionnés, le Japon ne peut tolérer ce tir. Nous adressons de vigoureuses protestations à la Corée du Nord et lui faisons de notre profond regret.


  • 3. Ce lancement est extrêmement regrettable car il constitue non seulement une violation de la Déclaration de Pyongyang conclue entre le Japon et la Corée du Nord, mais va également à l’encontre des récentes avancées dans le dialogues avec les autorités nord-coréennes en vue d’une résolution des questions en suspens.


  • 4. Le Japon demande à la Corée du Nord le respect complet et immédiat des résolutions pertinentes du Conseil de sécurité. Le Japon profite également de cette occasion pour appeler la Corée du Nord à prendre des mesures concrètes pour résoudre les questions en suspens, y compris celles des enlèvements de ressortissants japonais, du nucléaire nord-coréen et de ses programmes de missiles balistiques.


  • 5. Le Gouvernement du Japon continuera de faire tout le nécessaire pour assurer la paix et la sûreté sur son territoire, ainsi que la sécurité de sa population. Dans un premier temps, nous mettrons en place les mesures suivantes :
  • 1) Procéder à une revérification des possibles dommages occasionés par ce lancement, notamment par des débris du missile, en nous concentrant sur les régions susceptibles d’avoir été survolées.

2) Réunir et analyser de façon minutieuse les informations disponibles, notamment celles concernant les orientations futures de la Corée du Nord.

  • 3) Considérant que ce lancement constitue clairement une violation des résolutions de l’ONU, renforcer les collaborations avec les États-Unis, la République de Corée (Corée du Sud), la Chine et la Russie et développer la coopération avec les parties concernées ainsi qu’avec le reste de la communauté internationale, y compris en demandant l’application par le Conseil de sécurité des mesures prévues dans la Déclaration S/PRST/2012/13.

 

  • 6. Nous appelons la population japonaise à conserver son calme et à vaquer à ses occupations comme à l’ordinaire.

barre de menu gauche
  • 2016
  • 2015
  • 2014
  • 2013
  • 2012
  • 2011
  • 2010
  • 2009
  • 2008
  • 2007
  • Relations bilatérales