ActualitésActualités

Rencontre au sommet entre le Premier ministre du Japon, M. Shinzô ABE, et le Président de la République française, M. François HOLLANDE, le 2 mai 2016

En visite en France, le Premier ministre Shinzô ABE a été reçu le lundi 2 mai 2016 au Palais de l’Élysée par le Président François HOLLANDE pour un entretien (50mn) suivi d’un dîner de travail (90mn). Voici le résumé des points abordés durant cette rencontre.

I. Préambule

Après avoir souhaité la bienvenue en France au Premier ministre ABE, le Président HOLLANDE a exprimé son désir de parler avec son hôte de l’économie mondiale, de la situation régionale et du changement climatique dans le cadre de la préparation du prochain sommet du G7. M. HOLLANDE a également assuré le Japon du soutien de la France pour faire de cet important rendez-vous international un succès.

Le Premier ministre ABE a exprimé sa joie d’avoir pu se rendre en visite en France trois années de suite, ainsi que sa volonté de coopérer étroitement avec la France pour que le Sommet du G7 d’Ise-Shima soit fructueux. Dans le même temps, il a remercié le peuple français pour ses messages de condoléances et de soutien après le tremblement de terre qui a frappé le département de Kumamoto.

Les deux dirigeants se sont entendus pour renforcer et développer leur coopération dans divers domaines tels que la sécurité et la défense, l’innovation ou encore le développement de l’Afrique à travers des échanges intenses de haut niveau qui s’inscrivent dans le cadre du « partenariat d’exception » entre la France et le Japon

II. Le Sommet du G7 d’Ise-Shima

Concernant les réponses à apporter à la situation de l’économie mondiale, à la lutte contre le terrorisme et à la question migratoire, qui constitueront les dossiers les plus importants du sommet, le Premier ministre ABE a appelé le G7 à faire preuve de cohésion pour envoyer un message fort. Il a également souligné que c’est précisément lorsque les inquiétudes dues au ralentissement de la croissance chinoise, à la baisse du prix du pétrole, l’extrémisme violent et la situation des réfugiés au Moyen-Orient rendent l’économie mondiale plus incertaine que le G7 doit insuffler une croissance mondiale forte et durable. De même, le Premier ministre ABE a déclaré que la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent sont des sujets prioritaires sur lesquels le G7 doit apporter une réponse.

Tout en acquiesçant aux propos du Premier ministre japonais, le Président HOLLANDE a déclaré qu’il était évident que le sommet du G7 doive mettre l’accent sur la question de la croissance mondiale, compte tenu de la situation actuelle de l’économie mondiale.

Les deux dirigeants ont convenus de la nécessité d’éviter de brusques fluctuations du marché des changes et de poursuivre les réformes structurelles, ainsi que de l’obligation de contribuer efficacement au développement de la demande par une politique budgétaire dynamique.

III. Les relations franco-japonaises et les relations Japon – Union européenne

Les deux dirigeants se sont entendus pour renforcer leur coopération dans les domaines tels que la sécurité et la défense, le nucléaire civil, les échanges culturels ou encore du le développement de l’Afrique. Ils ont notamment convenu d’organiser à Paris en 2018, année qui célèbrera le 160ème anniversaire de l’amitié franco-japonaise, le « Japonisme 2018 », un évènement de grande ampleur qui présentera tout le raffinement et la quintessence de la culture japonaise. Ils poursuivront aussi leur coopération en Afrique autour des trois grands axes : (1) le développement durable, (2) la santé et (3) la sécurité, et ont réaffirmé leur volonté de collaborer à l’organisation de la TICAD VI, qui se tiendra en août prochain au Kenya.

Concernant l’accord de partenariat économique (APE) Japon – Union européenne, les deux dirigeants se sont mis d’accord pour collaborer ensemble à l’adoption d’un accord de principe le plus rapidement possible dans le courant de l’année.

IV. La situation régionale et la réforme du Conseil de sécurité des Nations Unies

Après avoir convenu que les programmes nucléaires et de missiles balistiques nord-coréens représentaient une grave menace pour la paix et la sécurité dans le monde, les deux dirigeants se sont entendus pour collaborer à la résolution des questions restées en suspens, comme les enlèvements de ressortissants japonais par la Corée du Nord, ou encore le développement de ses programmes nucléaire et de missiles balistiques.

S’accordant sur le fait que les accords de Minsk étaient la seule issue possible à pour une amélioration de la situation en Ukraine, les deux dirigeants ont convenu de la nécessité de continuer de travailler en ce sens avec l’Ukraine et la Russie, ainsi que de maintenir le dialogue avec cette dernière tout en exerçant des pressions sur elle.

En outre, les deux dirigeants ont échangé leurs opinions sur la situation régionale, notamment en Chine et au Moyen-Orient, et ont convenu de collaborer en vue de la mise en place d’une réforme du Conseil de sécurité des Nations Unies.


barre de menu gauche
  • 2017
  • 2016
  • 2015
  • 2014
  • 2013
  • 2012
  • 2011
  • 2010
  • 2009
  • 2008
  • 2007
  • Relations bilatérales