ActualitésActualités

Visite en France de M. Fumio KISHIDA, Ministre des Affaires étrangères du Japon, le 20 mars 2016

A l’occasion de sa venue en France le 20 mars dernier, le ministre Fumio KISHIDA a rencontré son homologue français, M. Jean-Marc AYRAULT, pour un dîner de travail au Quai d’Orsay. Voici un résumé de l’entretien des deux ministres.

1. Introduction

Après avoir expliqué que l’objectif de sa présente visite était de mener un échange d’opinions avec le ministre AYRAULT en vue de la prochaine réunion des ministres des affaires étrangères du G7, qui se tiendra en avril prochain à Hiroshima, M. KISHIDA a présenté ses condoléances aux familles des victimes françaises de l’attaque terroriste du 13 mars en Côte d’Ivoire. Il a ensuite remercié son homologue français pour ses contributions en faveur du renforcement des relations franco-japonaises, à commencer par l’accord de jumelage entre les villes de Nantes et de Niigata.

Le ministre AYRAULT a exprimé son plaisir de rencontrer pour la première fois son homologue japonais et déclaré que la lutte contre le terrorisme serait un des sujets de discussion majeurs de la réunion de Hiroshima, ville-symbole de la paix. En outre, il a souligné que cette année 2016, avec la tenue de l’Année de l’innovation France-Japon, du Sommet du G7 et de la TICAD ainsi que la nomination du Japon au Conseil de sécurité des Nations Unies en tant que membre non permanent,représentait une opportunité pour développer le partenariat d’exception qui lie le Japon et la France.

Les deux ministres ont confirmé que leurs deux pays coopèreraient sur la scène internationale.

2. Relations franco-japonaises et relations Japon-Union européenne

Les deux ministres se sont entendus pour renforcer davantage la coopération franco-japonaise dans le domaine de la sécurité, y compris celui de la construction de la paix, ainsi que sur le continent africain à travers la conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique (TICAD), dont la prochaine édition se tiendra en août au Kenya. Tout en saluant le rythme soutenu des visites bilatérales de haut niveau entre les deux pays, les deux hommes ont convenu de poursuivre et renforcer la coopération franco-japonaise, notamment sur la question de la réforme du Conseil de sécurité et dans le domaine du nucléaire civil.

Les deux ministres sont tombés d’accord pour parvenir rapidement à un accord de principe sur l’Accord de partenariat économique (APE) entre le Japon et l’Union européenne. Le ministre KISHIDA a aussi exprimé son souhait d’un assouplissement supplémentaire des restrictions sur l’importation des produits alimentaires originaires des régions du département de Fukushima touchées par le Grand séisme de l’Est du Japon, sur la base de preuves scientifiques.

3. Coopération en vue du Sommet du G7 (enjeux globaux et situations régionales)

Afin d’assurer le succès du Sommet du G7 d’Ise-Shima, le ministre KISHIDA a exprimé son désir d’inscrire au programme de la réunion des ministres des affaires étrangères du G7 à Hiroshima la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent, le désarmement et la non-prolifération des armes nucléaires, la sécurité maritime, ainsi que la situation en Russie et en Ukraine, au Moyent-Orient et en Asie. En réponse, le ministre AYRAULT a assuré le Japon, qui assume cette année la présidence du G7, du soutien de la France.

Sur la question du terrorisme, les deux ministres ont condamné de tels actes et convenu d’une collaboration étroite avec l’ensemble de la communauté internationale pour prévenir toute attaque de ce type.

Concernant le désarmement et la non-prolifération des armes nucléaires, le ministre KISHIDA a déclaré que la mise en place d’un mécanisme pratique et effectif à travers la coopération entre les États nucléaires et non nucléaires serait le chemin le plus court vers la réalisation d’un monde sans armes nucléaires. De son côté, le ministre AYRAULT a souligné que la France partageait les mêmes objectifs que le Japon.

Sur le changement climatique, le ministre KISHIDA a salué le leadership et les efforts de la France lors de la Conférence de Paris de 2015 sur la Climat (COP21/CMP11). Les deux ministres ont ensuite exprimé leur volonté commune de lancer rapidement l’Accord de Paris.

Les deux ministres ont procédé à une échange d’opinion sur la situation en Syrie et dans le reste du Moyen-Orient, en Corée du Nord et en Asie de l’Est, ainsi qu’en Russie et en Ukraine. Au cours de cette échange, ils se sont accordés pour condamner fermement le dernier essai nucléaire et le lancement d’un missile balistique par la Corée du Nord. Ils ont également déclaré partager la même profonde inquiétude concernant les actions unilatérales prises en mer de Chine méridionale.


barre de menu gauche
  • 2017
  • 2016
  • 2015
  • 2014
  • 2013
  • 2012
  • 2011
  • 2010
  • 2009
  • 2008
  • 2007
  • Relations bilatérales