Rencontre entre les ministres de la Défense du Japon et de la France, Tôkyo, 27 janvier 2018


4ème session des consultations politico-militaires ministérielles (« 2+2 »)


(Sources: Japan Ministry of Defense)

Le 27 janvier 2018, le ministre ONODERA s’est entretenu avec son homologue française Mme Florence PARLY, ministre des Armées, à l’occasion de sa venue au Japon pour la 4e session des consultations politico-militaires ministérielles (« 2 + 2 »). Voici l’essentiel de cet entretien, au cours duquel les deux ministres ont échangé sur la politique de défense de leurs pays ainsi que sur l’état actuel et le devenir de la coopération nippo-française en matière de défense.

1. Introduction
Après avoir de nouveau souhaité la bienvenue au Japon à Mme PARLY, M. ONODERA a souligné que le Japon et la France étaient tous deux des « nations du Pacifique » et exprimé sa volonté que ces « partenaires d’exception », qui partagent les mêmes valeurs fondamentales comme la liberté et la démocratie, poursuivent activement leur échanges en matière de défense. De son côté, Mme PARLY a remercié M. ONODERA pour son accueil après la rencontre « 2+2 » et exprimé ses attentes quant au développement d’une coopération bilatérale concrète en matière de défense.

2. Politiques de défense des deux pays et situation régionale
Les deux ministres ont présenté leurs politiques de défense respectives et salué le rôle joué par leurs pays pour garantir la stabilité et la paix dans la région comme à l’échelle internationale. Sur la situation en Corée du Nord, ils sont également convenus que la communauté internationale dans son ensemble devait utiliser tous les moyens possibles pour exercer une pression maximale sur la Corée du Nord, afin de la contraindre le pays à changer de politique. Dans le même temps, le ministre ONODERA a salué l’implication de la France dans la région Asie – Pacifique. Il a aussi précisé qu’un ordre maritime international libre et ouvert constituait la base même de la stabilité et de la prospérité de la communauté internationale, et expliqué à Mme PARLY vouloir faire avancer les initiatives s’inscrivant dans le cadre de la « stratégie pour un espace Indo-Pacifique libre et ouvert ». En réponse, la ministre française a déclaré que la France agirait pour garantir la liberté de navigation et, pour ce faire, enverra cette année encore un bâtiment dans la région, montrant ainsi qu’elle partageait l’avis de son homologue japonais.

3. Coopération nippo-française en matière de défense
Tout en se réjouissant des progrès réguliers enregistrés ces dernières années dans les échanges et la coopération en matière de défense, les deux ministres sont convenus d’un renforcement de leur collaboration dans ce domaine. Concernant l’accord global dans le cadre des négociations pour un accord d'acquisition et de soutien logistique (ACSA), ils sont convenus de continuer à se coordonner pour signer et conclure l’ACSA dans les plus brefs délais, considérant qu’il contribuera grandement à améliorer l’interopératibilité entre les autorités japonaises et françaises concernées.

Sur les échanges interarmées et les exercices conjoints, les deux ministres sont convenus de profiter des différentes occasions offertes dans l’espace Indo-Pacifique pour organiser des exercices maritimes conjoints. Dans ce contexte, ils ont salué le projet d’escale au Japon de la frégate Vendémiaire de la Marine nationale en février prochain et de conduire des exercices conjoints. De même, ils se sont entendus pour dynamiser les échanges entre l’armée de Terre et la Force terrestre d’autodéfense.

Les deux ministres ont salué le projet du lancement en mars du satellite de communications militaires « Kirameki-1 » dit « X-Band defence communication numéro 1 » du Ministère de la Défense par Ariane Espace depuis son site de lancement en Guyane. Ils ont également confirmé leur volonté de renforcer davantage une telle coopération nippo-française dans le domaine spatial.

Les deux ministres sont convenus de chercher une collaboration entre le Japon et la France dans le cadre des initiatives en faveur de l’appui au développement de capacités mises en place par le Ministère de la Défense et les Forces d’autodéfense.

Concernant la coopération gouvernementale en matière d’ équipements et de technologies de défense, les deux ministres sont convenus d’initier dans les plus brefs délais les premiers travaux de recherche conjoints portant sur la technologie de nouvelle génération de détection des mines.