Relations bilatérales

Participation du Premier ministre NODA au sommet de l'ASEAN : engagement actif d'une diplomatie multi et bilatérale englobant un large éventail de questions

Du 17 au 29 novembre, les rencontres du sommet de l'ASEAN se sont déroulées à Bali, République d'Indonésie, avec la participation du Premier ministre Yoshihiko NODA pour le Japon. Il a siégé au 14ème sommet Japon-ASEAN, au 14ème sommet ASEAN+3 (tout deux tenu le 18) et au 6ème sommet de l'Asie de l'Est (EAS) le 19, ainsi qu'à d'autres réunions comme le 3ème sommet Japon-Mékong le 18, et le 3ème sommet Japon-Chine-Corée du sud le 19. Il a ensuite mené des sommets bilatéraux avec les dirigeants du Myanmar, de la Thaïlande, de Singapour, et de l'Australie, et s'est également entretenu avec Monsieur Wen Jiabao, Premier ministre du Conseil des affaires de l'État de la République populaire de Chine.

Sommet Japon-ASEAN
Lors du sommet, le Premier ministre NODA a indiqué que le Japon soutiendrait activement l'ASEAN dans la construction d'une Communauté de l'ASEAN en 2015. Dans le même temps, il a expliqué que le Japon considérait que le renforcement de la connectivité mené par l'ASEAN représentait un enjeu important et qu'il l'abordait au niveau ministériel comme question prioritaire. À cet égard, le Premier ministre a assuré que le Japon étendra son aide en se focalisant sur les piliers que constituent l'amélioration de la « formation d'une artère vitale Est-Ouest et d'un corridor économique du Sud » et d'un « corridor économique maritime », ainsi que sur des projets immatérielles dans toute la région de l'ASEAN. En outre, il a proposé une « liste de projets phares pour l'amélioration de la connectivité de l'ASEAN » (pour un montant d'environ 2 000 milliards de yens) comprenant des projets majeurs propices à l'amélioration de la connectivité, soulignant par conséquent la nécessité d'accords financiers pour la mise en œuvre de ces projets au moyen d'instruments tels que l'Aide Publique au Développement (ODA) et la Banque Japonaise pour la Coopération Internationale (JBIC), ainsi qu'un mécanisme permettant de mobiliser des fonds du secteur privé en coordination avec la Banque Asiatique de Développement. A la demande du Gouvernement de la République de l'Union du Myanmar, qui s'inscrit dans un contexte d'avancée positive, il a ensuite ajouté que le Japon fournirait une aide à ce dernier en réalisant une étude de développement complète touchant à des questions comme le développement de zones économiques spéciales. Concernant le domaine de la gestion des catastrophes, le Premier ministre NODA a déclaré que pour renforcer la coopération en la matière, le Japon soutiendrait le développement du Centre de Coordination de l'Assistance Humanitaire de l'ASEAN (AHA Center) comme pôle régional pour la gestion des catastrophes. Dans le même temps, il a précisé que le Japon s'engagera dans la mise en place d'un « réseau de gestion des catastrophes dans la région de l'ASEAN ». Par ailleurs, il est revenu sur d'autres efforts pertinents, comme l'organisation d'une conférence internationale de haut niveau ayant pour objectif de partager les expériences et les enseignements du grand séisme de l'Est du Japon. En outre, le Premier ministre a suggéré une coopération pour l'organisation régulière d'exercices de simulation de catastrophes naturelles dans le cadre du forum régional de l'ASEAN (ARF). Il a également abordé les échanges de jeunes, expliquant que le Japon était en train d'examiner la possibilité de réaliser un échange d'environ 3000 jeunes entre le Japon et l'ASEAN jusqu' fin mars 2013.
A l'issue de ce sommet, Son Excellence le Dr Susilo Bambang Yudhoyono, président de la République d'Indonésie et président de la rencontre, a annoncé l'adoption d'une nouvelle déclaration commune et d'un plan d'action, les premières actions du genre en huit années depuis la Déclaration de Tokyo et le Plan d'Action ASEAN-Japon de 2003. À cet égard, le Premier ministre NODA a proposé que la nouvelle déclaration porte le nom de « Déclaration de Bali » en l'honneur de son lieu d'adoption, ce qui a été validé par les participants. Il a par ailleurs indiqué que le Japon continuerait d'aspirer à promouvoir la coopération Japon-ASEAN conformément aux principes introduits dans la Déclaration de Bali et le Plan d'Action Japon-ASEAN, et a sollicité le soutien des dirigeants de l'ASEAN.

Sommet de l'Asie de l'Est (EAS)
Le Premier ministre NODA, en accueillant la première participation au Sommet des États-Unis et de la Fédération de Russie, a déclaré qu'il souhaitait développer l'EAS en un forum mené par des dirigeants, confirmant les idées communes et les règles de la région à travers une amélioration des initiatives politiques et en matière de sécurité, en plus de la coopération pratique promue jusqu'à présent, connectant ainsi ses résultats à une coopération tangible. Il a également souligné que l'océan était un bien commun reliant la région Asie-Pacifique, et a indiqué que le Japon avait bien compris que les pays participants partageaient l'importance des règles fondamentales afférentes à l'océan comme le règlement pacifique des différends, la liberté de navigation et le respect du droit international, dont la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer. Sur ce point, le Premier ministre a insisté sur l'importance de disposer d'un forum où les représentants des gouvernements et les intellectuels du secteur privé puissent avoir des échanges de vues vastes et libres sur les moyens de coopération dans l'océan. A l'instar du partage des valeurs démocratiques, le Premier ministre a précisé qu'il était important de recourir pleinement au Forum de Bali pour la démocratie afin d'y parvenir, et à cet égard il a noté avec satisfaction une vague de mesures positives en cours au Myanmar vers la démocratisation et la réconciliation nationale, et a manifesté son souhait que le pays favorise encore davantage son dialogue avec la communauté internationale. Il a par ailleurs ajouté qu'il était important que la communauté internationale soutienne les initiatives prises au Myanmar. En outre, concernant la croissance à faible émission de carbone, le Premier ministre NODA a exprimé son souhait d'établir un modèle de croissance à faible émission de carbone à travers la promotion de l'initiative japonaise du « Partenariat pour une croissance à faible émission de carbone dans l'Asie de l'Est », et a appelé les autres pays à soutenir le projet japonais de tenir une réunion de dialogue à Tokyo en avril 2012 dans le cadre de cette initiative. Enfin, le Premier ministre a souligné l'importance de renforcer la connectivité dans l'ensemble de la région de l'Asie de l'Est, y compris les pays non membres de l'ASEAN, et a déclaré que les efforts aspirant à cet objectif devaient être favorisés en ayant recours au schéma directeur de la connectivité de l'ASEAN.
Ce sommet a permis d'aboutir à des résultats substantiels, notamment en confirmant les idées communes et les règles fondamentales de la région à travers l'amélioration de ses initiatives politiques et en matière de sécurité. En clôture du sommet, les dirigeants de l'EAS ont adopté la « Déclaration de l'EAS sur les principes des relations mutuellement bénéfiques» et la « Déclaration du 6ème Sommet de l'Asie de l'Est sur la connectivité de l'ASEAN ». Le premier texte réaffirme notamment dans son préambule l'engagement des dirigeants à reconnaître les principes du droit international, en admettant que le droit international de la mer contient des normes cruciales qui contribuent au maintien de la paix et de la sécurité dans la région, et que le respect de ce droit international et le règlement pacifique des différends et conflits étaient inclus dans les principes afin de guider les pays participants à l'EAS. En outre, le président a accueilli positivement dans sa déclaration la proposition du Japon d'organiser un forum afin d'échanger des vues sur les moyens de coopération dans l'océan.

Renforcer le partenariat économique
Le Premier ministre NODA a souligné qu'il existait différents moyens vers la réalisation d'une zone de libre-échange de l'Asie Pacifique (FTAAP). Durant les rencontres, il a insisté sur le fait que le Japon prendrait la tête et contribuerait activement à la conception d'un cadre de partenariat économique basé sur l'ASEAN+3 et l'ASEAN+6 en sus du traité de libre-échange (TPP), et a recueilli le soutien de la plupart des pays participants. En particulier, concernant la zone de libre-échange de l'Asie de l'Est (EAFTA) et le partenariat économique global de l'Asie de l'Est (CEPEA), des groupes de travail seront mis en place entre les pays de l'ASEAN et les pays concernés sur proposition conjointe du Japon et de la Chine. Par ailleurs, concernant l'accord de libre-échange Japon-Chine-Corée du Sud, les trois dirigeants se sont entendus pour réaliser une étude commune dans l'année. A l'instar des accords de partenariat économique Japon-Australie, les dirigeants ont décidé de tenir la prochaine série de négociations en décembre dans le cadre d'un sommet bilatéral.


barre de menu gauche
  • Archives
  • Archives
  • Archives
  • Archives
  • Archives