Relations bilatérales

Sommet du G8 à Deauvilles : les dirigeants confirment leur solidarité avec le Japon et discutent des enjeux internationaux urgents tels que la sûreté nucléaire ou la situation au Moyen-Orient et en Afrique du Nord.

 Le Sommet du G8 2011 s’est tenu les 26 et 27 mai 2011 à Deauville (France) sous la présidence du Président français Nicolas SARKOZY. Le Japon était représenté par le Premier ministre Naoto KAN. Les discussions ont porté sur de nombreuses questions dont la solidarité avec le Japon, la sûreté nucléaire, le changement climatique, l’Internet, le développement, la politique, et la sécurité. Suite à ce sommet, une « Déclaration finale du G8 », une « Déclaration du G8 sur les printemps arabes » et, première du genre, une « Déclaration conjointe G8/Afrique » furent diffusées.


Solidarité avec le Japon
Tout en présentant ses profonds remerciements à la communauté internationale pour ses aides et ses témoignages d’amitié, le Premier ministre KAN a expliqué que le Japon faisait tout ce qui était possible pour rétablir la situation sur le site de Fukushima-Dai-ichi et en faveur de la reconstruction. Il a également signifié l’intention du Japon de relever quatre défis pour explorer le futur énergétique, en rajoutant aux domaines traditionnels de l’« énergie nucléaire » et des « énergies fossiles » ceux des « énergies renouvelables» et des «économies d’énergie ». Les autres dirigeants ont renouvelé leur sympathie sincère et leur solidarité avec le Japon, et salué la dignité et le courage dont les Japonais ont fait preuve en ces temps difficiles.


Les thèmes principaux du Sommet et les contributions du Japon

  • 1)Sûreté nucléaire

Le Premier ministre KAN a présenté une proposition en cinq points destinés à promouvoir les plus hauts niveaux de sûreté nucléaire dans le monde :

  • ① Renforcement des normes de sécurité nucléaire de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) et promotion de leur application;
  • ② Multiplication des missions OSART (Operational Survey Review Team de l’AIEA);
  • ③ Renforcement du système d’aide international en cas d’accident;
  • ④ Renforcement de la collaboration parmi les différentes autorités nationales en charge de la sécurité ;
  • ⑤ Renforcement des conventions portant sur la sûreté nucléaire.

 

En outre, M. KAN a annoncé avec le soutien des autres membres du G8 la tenue au Japon d’une conférence internationale dans la seconde moitié de 2012 en collaboration avec l’AIEA, en tenant compte des résultats de l’enquête sur les causes de l’accident survenu sur le site de Fukushima. Les membres se sont également entendus sur la nécessité d’une action conjointe pour promouvoir les plus hauts niveaux de sûreté nucléaire, malgré les différentes approches prises par chaque pays en matière d’utiliser de l’énergie nucléaire.

 

  • 2)Moyen-Orient et Afrique du Nord

Les membres du G8 ont salué les changements historiques qui se sont produits au Moyen-Orient et en Afrique du Nord et assuré ces mouvements de leur soutien. Lors de la seconde journée du Sommet, les membres du G8 ont invité la Tunisie et l’Egypte, deux pays qui connaissent actuellement une transition politique, pour les informer de la mise en place du « Partenariat de Deauville » destiné à les aider, ainsi que de leur volonté de leur fournir une assistance à moyen et long terme en partenariat avec le FMI, la Banque Mondiale et les banques régionales de développement. Évoquant les contributions du Japon en faveur de la démocratisation, de la stabilité et de la croissance du Sud – est asiatique, le Premier ministre KAN a exprimé son intention de soutenir cette région en centrant son action sur l’intégrité du processus politique et administratif, la formation professionnelle, la création d’emploi et le développement des industries.

 

  • 3)Questions politiques

Concernant la question de la Corée du Nord, le Premier ministre KAN a insisté sur le fait que les tentatives de Pyongyang de produire de l’uranium enrichi violaient clairement la résolution du Conseil de sécurité des Nations Unies et la Déclaration commune des Pourparlers à six, et constituaient un défi important pour la communauté internationale qui s’évertue à demander le démantèlement du programme nucléaire nord-coréen. Les autres membres du G8 partageant les inquiétudes du Japon, M. KAN a déclaré que le Conseil de sécurité devait adresser un message fort face à cette situation. Le Premier ministre japonais a aussi exprimé son inquiétude sur la question des droits de l’homme, y compris celle de l’enlèvement des ressortissants japonais, deux points qui furent inclus dans la Déclaration finale du G8.

 

  • 4)Dialogue avec les pays africains

Les membres du G8, convaincus de l’importance d’un renforcement des partenariats avec les pays africains, ont invités des dirigeants africains au sommet pour discuter des challenges auxquels est confrontée cette partie du monde. Ils se sont ainsi accordés sur l’importance de promouvoir non seulement les aides, mais également les investissements et les échanges dans le secteur privé pour permettre à l’Afrique de réaliser une croissance autosuffisante. Le Premier ministre KAN a exprimé la volonté du Japon de rester fidèle aux engagements faits lors de la 4ème Conférence internationale de Tokyo sur le Développement de l’Afrique (TICAD IV), ainsi qu’à la tenue en juin 2011 à Tokyo d’une Réunion de suivi destinée à permettre la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD). Fort de l’expérience acquise par le Japon au sein de l’ASEAN, M. KAN a souligné que la clé de la croissance résidait dans le renforcement des échanges interrégionaux et l’amélioration de la connectivité par le développement d’infrastructures étendues.

.


barre de menu gauche
  • Archives
  • Archives
  • Archives
  • Archives
  • Archives