Relations bilatérales

 Conférence ministérielle de l’OCDE 2011 - Annonce par le Japon d’une révision de son programme énergétique de base.

Les 25 et 26 mai derniers s’est tenue à Paris la Conférence ministérielle de l’OCDE célébrant le 50ème anniversaire de la fondation de l’Organisation. Le Japon y était représenté par de nombreuses personnalités politiques, à commencer par le Premier ministre Naoto KAN, qui ont dévoilé un nouveau plan mobilisant l’ensemble du gouvernement.

La cérémonie du 50ème anniversaire de la fondation de l’OCDE
Le 25 mai au soir a eu lieu à Paris la cérémonie commémorant le 50ème anniversaire de la fondation de l’OCDE, lors de laquelle le Premier ministre KAN a prononcé un discours. Il a rappelé que pour le Japon, premier pays non-occidental à adhérer à l’OCDE, la libéralisation de sa politique économique extérieure conformément aux critères de l’Organisation était une grand enjeu à surmonter, mais que ces efforts ont porté leurs fruits en ouvrant pour le Japon la voie à une forte croissance économique. Il a également annoncé une révision du programme énergétique de base du Japon suite à la catastrophe du mois de mars, et évoqué la nécessité de développer « les énergies renouvelables » et « les économies d’énergie », deux « nouveaux piliers » qui viendront s’ajouter aux « deux piliers » actuels de son approvisionnement énergétique, que sont les énergies nucléaires et fossiles.
A l’occasion de ce 50ème anniversaire a été adoptée une « déclaration de la vision pour l’OCDE » exposant les orientations futures de l’Organisation. Cette déclaration réaffirme l’importance de la « croissance verte », ou encore de l’innovation dans le secteur privé en tant que moteur de la croissance et de l’emploi, aussi bien dans un présent marqué par la crise  financière de ces dernières années qu’à l’avenir.

 

Insistance sur la sécurité des produits japonais à l’exportation.
Cette réunion au niveau ministériel avait pour mot d’ordre « des politiques meilleures pour une vie meilleure ». Les représentants japonais ont fait savoir que l’économie japonaise, malgré les immenses dégâts causés par la catastrophe, montrait des forts signes de reprise et que la croissance devrait repartir dès le deuxième semestre. Ils se sont ensuite concentrés sur les questions de sécurité alimentaire, et ont souligné la nécessité d’augmenter la production de denrées alimentaires pour répondre à l’accroissement de la demande mondiale, ainsi que l’importance de maintenir et développer la diversité des cultures dans différentes régions du monde. Ils ont également insisté sur la sécurité des produits japonais à l’exportation et ont demandé qu’aucune mesure contraire aux accords de l’OMC ne soit prise à l’encontre du Japon à l’idée de maintenir les chaînes d’approvisionnement.


barre de menu gauche
  • Archives
  • Archives
  • Archives
  • Archives
  • Archives