Déclaration du ministre des Affaires étrangères HAYASHI sur la politique étrangère du Japon lors de la 208e session de la Diète

2022/1/17
    Instaurer une diplomatie japonaise forte de trois résolutions à l’heure de changements marquants
    Réagir à un environnement sécuritaire de plus en plus tendu
    Promouvoir les initiatives destinées à la réalisation d’un « Indo-Pacifique libre et ouvert »
    Relations avec les pays voisins
    Sujets de diplomatie régionale
    Développement d'un ordre économique libre et équitable
    Réponse aux défis globaux
    Accroissement de notre capacité d’intervention diplomatique

À l'occasion de cette 208e session de la Diète, permettez-moi de vous présenter la politique étrangère du Japon.

 

(Instaurer une diplomatie japonaise forte de trois résolutions à l’heure de changements marquants)

À l'heure actuelle, la communauté internationale connait des évolutions qui feront date. L’évolution de l'équilibre des forces au sein de la communauté internationale s’accélère et se complexifie, de même que l'environnement sécuritaire autour du Japon devient plus tendu et incertain.

 

Dans ce contexte, les valeurs universelles que sont la liberté, la démocratie, les droits de l'homme et l'État de droit ainsi que l'ordre mondial, qui ont jusqu'à présent soutenu la paix et la prospérité de la communauté internationale, sont durement remises en question. De même, de nouveaux éléments comme l’apparition des technologies innovantes entraînent un brusque élargissement des champs de la sécurité et de défense, comme le montre l'émergence des divers défis embrassant les domaines sécuritaire et économique.

 

Dans le même temps, nous ne devons pas cesser d’agir pour relever les défis globaux comme le changement climatique, la pandémie de la COVID-19 ou encore le désarmement et la non-prolifération nucléaires. Pour soutenir la reprise post - COVID-19 aussi, il est nécessaire de diffuser un ordre économique libre et équitable, et de bâtir un ordre mondial ainsi que des règlementations qui répondent à la nouvelle ère, notamment dans le domaine numérique.

 

Fort de ces perspectives et sur la base de la confiance que les autres pays placent en nous grâce aux efforts des générations passées, le Japon explorera de nouvelles frontières diplomatiques en montrant un haut degrés de réactivité, un engagement constant et indéfectible, ainsi qu’une triple résolution : résolution à défendre coûte que coûte  les valeurs universelles, résolution à préserver la paix et la stabilité du Japon et enfin résolution à apporter sa contribution à l'humanité et à jouer un rôle de premier plan au sein de la communauté internationale.

 

(Réagir à un environnement sécuritaire de plus en plus tendu)

Tout d’abord, nous renforcerons l'alliance nippo - américaine. Cette dernière constitue la pierre angulaire de la paix et de la prospérité de la région Indo-Pacifique ainsi que l’axe principal de la politique étrangère et sécuritaire du Japon. Le gouvernement KISHIDA continuera de renforcer les capacités de dissuasion et de réponse de l'alliance nippo-américaine, comme nous l’avons confirmé avec le secrétaire d'État BLINKEN et le secrétaire à la Défense AUSTIN lors du dernier Comité consultatif nippo-américaine (2+2) sur la sécurité. Dans ce but, le Japon devra également procéder à un renforcement drastique de ses propres capacités de défense. Fort de la solide relation de confiance qui lie le Japon et les États-Unis, nous menons une collaboration / une coopération étroite pour relever des défis tels que la garantie de la paix et de la sécurité du Japon, la réalisation d'un « Indo-Pacifique libre et ouvert », la lutte contre la pandémie de la COVID-19 ou la lutte contre le changement climatique. Dans ce cadre, nous ferons tout notre possible pour limiter l’impact sur les populations locales et assurer une présence stable des Forces américaines au Japon avec, en premier lieu, le transfert le plus rapidement possible de la base de Futenma au Camps Schwab sur le site de Henoko.

 

En outre, je collabore avec les autres ministres concernés à la révision de la Stratégie de sécurité nationale pour permettre au Japon de répondre à l’environnement sécuritaire tendu où il se trouve.

 

(Promouvoir les initiatives destinées à la réalisation d’un «é« Indo-Pacifique libre et ouvert »)

Ensuite, nous allons réaliser un « Indo-Pacifique libre et ouvert ». Cette vision, qui consiste à assurer la paix et la prospérité dans la région Indo-Pacifique, voire dans le monde entier, par l’instauration d’un ordre libre, ouvert et fondé sur l'État de droit en Indo-Pacifique, bénéficie désormais d'un large soutien au sein de la communauté internationale. Nous développerons les initiatives destinées à la réalisation de cet « Indo-Pacifique libre et ouvert » en collaboration avec nos alliés et nos pays partenaires, notamment les États-Unis, l'Australie, l'Inde, l'ASEAN et l'Europe, tout en tirant le meilleur parti des autres cadres de coopération comme la Dialogue quadrilatérale pour la sécurité (Japon, États-Unis, Australie, Inde).

 

(Relations avec les pays voisins)

Concernant nos relations avec les pays voisins, nous mènerons une politique dynamique pour bâtir des relations stables et répondrons de manière directe et résolue à tous les défis.

 

Avec la Chine, il existe diverses questions en suspens du fait de notre situation de pays voisins, mais nous ne tolérerons aucune tentative unilatérale de modifier le statu quo dans les eaux autour des îles Senkaku ou ailleurs en mer de Chine orientale. Le Japon conservera une approche calme et résolue de la situation. Sur les questions relatives à la mer de Chine méridionale, le Japon continuera de s'opposer fermement à toute action susceptible d'accentuer les tensions et de souligner l'importance d’une résolution pacifique des différends fondée sur le droit international et non sur la force ou les pressions. La paix et la stabilité dans le détroit de Taiwan sont également importantes. De même, nous sommes extrêmement soucieux de la situation à Hong Kong ainsi que de la situation des droits de l'Homme dans la région autonome ouïgoure du Xinjiang. Dans le même temps, les relations nippo – chinoises sont essentielles pour nos deux pays, mais également pour la paix et la prospérité de toute la région et de la communauté internationale. Alors que cette année marque le 50e anniversaire de la normalisation des relations diplomatiques entre le Japon et la Chine, notre objectif est de construire avec la Chine une « relation constructive et stable » à travers des coopérations portant sur des questions d'intérêt commun, tout en restant ferme sur nos positions et en demandant à la Chine d'agir de manière responsable.

 

La République de Corée (ROK) est un voisin important. Une coopération bilatérale voire trilatérale entre le Japon, la République de Corée et les États-Unis est essentielle à la stabilité régionale, à commencer par la question nord-coréenne. Nos relations avec la Corée du Sud sont actuellement particulièrement tendues du fait d’un certain nombre de questions, comme celle des travailleurs venus de la péninsule coréenne ou celle des femmes de réconfort, mais une telle situation ne doit pas perdurer. Le respect des promesses conclues entre États constitue le fondement de toute relation bilatérale. Déterminé à rétablir des relations saines avec la République de Corée, nous continuerons d’insister auprès des autorités sud-coréennes pour qu’elles apportent des réponses appropriées, sur la base des positions inchangées du Japon. L’île de Takeshima fait partie intégrante du territoire japonais, tant du point de vue de la réalité historique que du droit international. Et c’est sur la base de cette position de principe que le Japon traitera cette question avec fermeté.

 

Avec la Russie, nous développerons l’ensemble de nos relations bilatérales dans de nombreux domaines, notamment politique – y compris la conclusion d'un traité de paix -, économique et culturel, de manière à ce qu’ils bénéficient à l'intérêt national du Japon. Pour résoudre la question des Territoires du Nord, qui constitue la préoccupation majeure entre nos deux pays, il est nécessaire de multiplier les échanges étroits au sommet comme au niveau des ministres des Affaires étrangères. Conformément à notre ligne directrice de résoudre la question des Territoires du Nord et de conclure un traité de paix sans en laisser la responsabilité aux générations futures, nous nous attellerons à poursuivre les négociations en tenant compte des divers accords conclus jusqu'à présent entre nos deux pays, y compris les échanges qui se sont déroulés lors du sommet bilatérale organisé à Singapour en 2018. Nous envisageons également de continuer à développer davantage les initiatives destinées à assurer aux anciens résidents des quatre îles composant les Territoires du Nord des dispositions à titre humanitaire et à concrétiser davantage les projets de développement économique commun sur ces îles.

 

Sur nos relations avec la Corée du Nord, notre objectif est la normalisation des relations diplomatiques conformément à la Déclaration de Pyongyang (Japan-DPRK Pyongyang Declaration), en réglant notre « passé malheureux » et en résolvant de manière exhaustive les différents dossiers, comme la question des enlèvements et celle du programme nucléaire et balistique. À l’avenir, nous ne cesserons de veiller à la stricte application des résolutions pertinentes du Conseil de sécurité des Nations Unies et continuerons d’œuvrer à la dénucléarisation complète de la Corée du Nord en collaborant étroitement avec les États-Unis et la Corée du Sud, ainsi qu’avec l’ensemble de la communauté internationale. Sur la question des enlèvements, qui reste la priorité absolue de notre gouvernement, nous ferons tout notre possible pour permettre le retour le plus rapide possible de toutes les personnes enlevées.

 

(Sujets de diplomatie régionale)

Nous développerons une diplomatie régionale basée sur la confiance résultante de notre action diplomatique.

 

Un renforcement de nos liens avec l'ASEAN est important du point de vue de la stabilité et de la prospérité de l’ensemble de la région. L’année prochaine célébrant les 50 ans de l'amitié et de la coopération Japon – ASEAN, nous développerons des coopérations concrètes aptes à raffermir les principes fondamentaux communs à la vision d’un « Indo-Pacifique libre et ouvert » et aux Perspectives de l'ASEAN sur l'Indo-Pacifique (ASEAN’s Outlook on the Indo-Pacific), et ce afin de porter nos relations avec l'ASEAN à un niveau supérieur. Concernant la situation au Myanmar, nous continuerons de collaborer avec la communauté internationale pour sortir de l'impasse.

 

2022 est l’« année des échanges entre le Japon et l'Asie du Sud-Ouest », année charnière qui verra l’approfondissement de nos échanges avec les pays d'Asie du Sud-Ouest.

 

Le Japon contribuera par son action diplomatique à l’apaisement des tensions et à la stabilité au Moyen-Orient, en tirant parti de sa longue amitié avec les pays de la région ainsi que son alliance inébranlable avec les États-Unis. Concernant la situation en Afghanistan, nous continuerons d’apporter une aide au départ aux personnes entretenant des liens avec le Japon. Dans le même temps, nous poursuivrons nos efforts pour stabiliser la situation dans le pays, notamment par la mise en place d’une aide humanitaire à destination également des pays riverains ainsi que le maintien du contact avec les talibans. De même, nous continuerons de prendre toutes les mesures pour garantir la sécurité de la navigation maritime au Moyen-Orient, un des principaux producteurs énergétiques au monde.

 

La pandémie de la COVID-19 ayant aussi considérablement impacté les économies et sociétés africaines, la coopération internationale est plus que jamais essentielle. Par le biais de la 8e Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l'Afrique (TICAD8) qui se tiendra cette année, le Japon apportera son plein soutien à un développement mené par l'Afrique elle-même, servant ainsi de boussole au développement du continent en prévision de l’après COVID-19.

 

En outre, nous renforcerons nos liens avec les pays avec qui nous sommes associés pour maintenir et renforcer un ordre mondial fondé sur l'État de droit et qui sont également des acteurs économiques majeurs, comme les pays d'Amérique latine et des Caraïbes ou encore ceux d'Asie centrale et du Caucase, avec lesquels nous célèbrerons les 30 ans de l'établissement de relations diplomatiques.

 

(Développement d'un ordre économique libre et équitable)

Nous initierons les initiatives internationales visant à développer un ordre économique libre et équitable.

 

La sécurité économique étant un des dossiers prioritaires du gouvernement KISHIDA, l’ensemble des administrations gouvernementales feront bloc pour s’y atteler. Le Ministère des Affaires étrangères y contribuera aussi activement, notamment en renforçant les coopérations avec nos alliés ainsi qu’avec les pays partageant les mêmes positions et en développant des normes pour répondre aux nouveaux défis, tout en conservant une approche du point de vue du droit international.

 

Alors qu’une tendance au protectionnisme se développe un peu partout dans le monde, le Japon a joué un rôle de premier plan en tant que porte-drapeau du libre-échange et œuvré au maintien et au renforcement d’un système commercial multilatéral fondé sur des règles. Nous continuerons de travailler à maintenir les standards élevés de l'Accord global et progressiste de partenariat transpacifique (TPP11) et assurer la mise en œuvre complète de l'accord de partenariat économique global régional (RCEP). Dans le même temps, nous prendrons l’initiative de la réforme de l'OMC et renforcerons également nos actions au sein de l'APEC.

 

Nous poursuivrons aussi nos efforts pour garantir un approvisionnement stable des ressources énergétiques et minières et aider les entreprises japonaises dans leur développement à l'international. Concernant les mesures de restriction des importations de produits alimentaires japonais, ces dernières ont été levées voire assouplies dans de nombreux pays et territoires, et toutes les administrations gouvernementales japonaises travaillent actuellement ensemble à la levée globale de ces restrictions. Nous poursuivrons également nos efforts pour la réussite de l'EXPO Universelle 2025, Osaka, Kansaï, Japon.

 

Sur le secteur du numérique, dont l'importance sera accrue dans l'après-COVID-19, le Japon jouera un rôle central dans l’élaboration de règles internationales, notamment dans le cadre des négociations de l’OMC sur le commerce électronique, en partenariat avec les pays concernés et l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) en vue de réaliser le concept de libre circulation des données en toute confiance (data free flow with trust ou DFFT). Face à l’accroissement des menaces liées au cyberespace, nous œuvrerons au développement de mesures efficaces pour lutter contre la cybercriminalité et promouvoir l'État de droit dans le cyberespace.

 

Dans l'espace extra-atmosphérique également, nous collaborerons avec les États-Unis et les pays partageant les mêmes positions à l'élaboration de règles internationales ainsi qu’à la coopération internationale, afin d'assurer une utilisation stable et durable de l'espace extra-atmosphérique.

 

(Réponse aux défis globaux)

Fidèle au principe de la sécurité humaine, nous jouerons un rôle de premier plan dans la réponse aux défis globaux et renforcerons le poids du Japon au sein de la communauté internationale.

 

Grâce à une utilisation volontariste et stratégique de l’aide publique au développement (APD), nous accélérerons les efforts pour répondre aux défis globaux, à commencer par l’accomplissement des Objectifs de développement durable (ODD), ainsi que les initiatives destinées à la réalisation d’un « Indo-Pacifique libre et ouvert ». Dans ce cadre, nous favoriserons la mise en œuvre des Principes du G20 pour des investissements dans les infrastructures de qualité.

 

Pour endiguer la pandémie de la COVID-19, nous continuerons de fournir des aides pour garantir un accès équitable aux vaccins, aux réactifs de diagnostics et aux traitements, y compris dans les pays en développement. Nous renforcerons la préparation et la riposte mondiales face aux futures pandémies et œuvrerons à l’instauration d'une couverture sanitaire universelle plus résiliente, équitable et durable.

 

Sur la question du changement climatique et au vu des résultats des négociations de la COP26, nous insufflerons une dynamique supplémentaire en faveur des initiatives visant à atteindre l'objectif de zéro émission nette d'ici 2050. Parallèlement à cela, nous continuerons de jouer un rôle de premier plan au sein de la communauté internationale en faveur de la réalisation d’une société décarbonée en mettant à profit les contributions de chaque partie dans la mise en œuvre constante de l'Accord de Paris.

 

Nous travaillerons activement aux divers problématiques qu’impliquent la réalisation des ODD : la pollution plastique marine, la préservation de la biodiversité, les réfugiés et les personnes déplacées, la lutte contre le terrorisme ou encore l'égalité femmes - hommes.

 

La protection de la valeur universelle que sont les droits de l’homme est une obligation fondamentale qui incombe à chaque pays, indépendamment des moyens employés pour y parvenir ou du régime politique. Tout en se prononçant véhément contre toutes violations graves des droits de l'homme, le Japon encourage à travers le dialogue et la coopération les efforts des pays qui s’efforcent d'en améliorer la situation. En utilisant les fruits cumulés de ces contributions propres au Japon, nous développerons une diplomatie des droits de l'homme qui corresponde au Japon et tienne compte de la situation internationale actuelle.

 

Concernant les Nations Unies, il est nécessaire de réformer le Conseil de sécurité afin qu'il puisse refléter les réalités du monde actuel, en accordant par exemple un siège de membre permanent au Japon. Nous nous emploierons à lancer la phase concrète des négociations en vue de la réalisation d’une telle réforme et ferons notre possible pour que le Japon figure parmi les membres non permanent du Conseil de sécurité qui seront élus cette année. De même, nous contribuerons aux missions de maintien de la paix ainsi qu’aux autres initiatives de l’ONU en faveur de la consolidation de la paix, et nous ferons en sorte d'augmenter le nombre de Japonais évoluant au sein des organisations internationales.

 

Le Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP) est la pierre angulaire du mécanisme international de désarmement et de non-prolifération nucléaires. Bien qu'il soit regrettable que la Conférence d'examen des parties au TNP ait été reportée, le Japon estime qu'il est important que cette conférence se tienne le plus tôt possible et aboutisse à un résultat significatif. Nous continuerons de travailler sérieusement à la réalisation d’un « monde sans armes nucléaires ».

 

(Accroissement de notre capacité d’intervention diplomatique)

Voilà quelles sont les lignes directrices relatives aux principaux domaines de notre politique étrangère. Afin de développer une diplomatie présentant une forte capacité d’intervention ainsi qu’un engagement constant et indéfectible, il est essentiel de consolider l’organisation de notre intervention diplomatique, que ce soit l’organisation du corps diplomatique, les instruments financiers ou la transformation digitale (DX). Les effets de la pandémie continuant de se faire ressentir, nous continuerons de faire aussi notre maximum en matière de contrôle aux frontières et de lutte contre la pandémie, ainsi que pour garantir la sécurité de nos ressortissants à l'étranger. Parallèlement à cela, nous développerons une stratégie de communication active à destination de l’étranger pour obtenir la compréhension et le soutien de la communauté internationale concernant nos politiques, nos initiatives et nos positions. Dans le même temps, nous travaillerons à la formation de japonophiles et de spécialistes du Japon, ainsi qu’à renforcer les liens avec les communautés d'immigrants et de descendants japonais.

 

Et c’est en toute sincérité que j’en appelle au soutien et à la collaboration de vous tous, Mesdames et Messieurs les membres de la Diète, ainsi que de nos concitoyens.

 
 

Traduction provisoire et purement informative

Article original (en anglais)