Relations bilatérales

 Le 4ème Sommet Japon-Chine-Corée du Sud – Accélération d’une coopération tripartite élargie

Le 22 mai s’est tenu à Tokyo le 4ème Sommet Japon-Chine-Corée du sud. Y ont notamment participé le Premier ministre Naoto KAN, le Ministre des affaires Étrangères Takeaki MATSUMOTO, et le Ministre de l’Économie, du Commerce et de l’Industrie Banri KAIEDA pour le Japon, le Premier ministre WEN Jiabao pour la République populaire de Chine, et le Président LEE Myung-bak pour la République de Corée.
En clôture de ce sommet a été émise une déclaration contenant notamment des annexes sur (1) la sûreté nucléaire, (2) la coopération en vue d’un développement durable par l’accroissement des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique, (3) la coopération sur les plans d’urgence en cas de catastrophe naturelle. Les trois états ont affirmé leur volonté de s’entendre sur un accord tripartite élargi englobant les points suivants.

  • (1)La sûreté nucléaire

Dans le domaine de la sûreté nucléaire, les trois pays se sont entendus sur le renforcement de la sécurité de leurs centrales nucléaires, ainsi que sur la tenue de discussions entre spécialistes. En ce qui concerne la sécurité des produits en cas d’accident, ils se sont également montrés unanimes quant à l’importance d’agir avec pondération, sur la base d’analyses scientifiques. Le Premier ministre KAN a exprimé son souhait de promouvoir la coopération tripartite dans le domaine de sûreté nucléaire en partageant en toute transparence les expériences et les leçons tirés par le grand séisme de l’Est du Japon ainsi que les informations utiles pour améliorer la sûreté de l’énergie nucléaire.

 

(2) La coopération en vue d’un développement durable par l’accroissement des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique
Les trois pays ont affirmé la nécessité de lancer des programmes d’études et d’ouvrir une consultation sur le développement durable, y compris sur les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique.

 

(3) La coopération sur les plans d’urgence en cas de catastrophe naturelle
Le Premier ministre Naoto KAN, se fondant sur l’expérience du grand séisme de l’Est du Japon, a déclaré vouloir renforcer la coopération entre les trois pays dans le domaine des plans d’urgence en cas de catastrophe. Il a proposé quatre secteurs spécifiques de coopération :

  • la tenue d’exercices/le développement des compétences
  • la mise en place d’une communication fluide et rapide en cas de catastrophe
  • l’amélioration de la coordination dans l’envoi et la réception d’équipe de secours et d’assistance matérielle
  • le partage des informations et des progrès techniques dans le domaine de la gestion des sinistres.

 

Les dirigeants chinois et coréens se sont également exprimés sur l’importance de cette collaboration, que les trois pays se sont engagés à se coopérer à l’avenir.

 

(4) La croissance économique et les échanges culturels et humains
Le Japon, la Chine et la Corée du sud ont convenu d’accélérer les travaux de l’Étude Conjointe sur un accord du libre-échange (ALE) tripartite et de travailler en vue d’un accord préliminaire substantiel sur les investissements. Ils s’accordent sur le fait que le développement du tourisme entre les trois pays stimulerait la croissance économique, et notamment le secteur touristique japonais éprouvé par la catastrophe. Ils se sont également fixé comme objectif d’étendre encore leurs échanges humains pour atteindre un volume de 26 millions de personnes d’ici 2015. Le Japon a sollicité le soutien des dirigeants chonois et coréens en vue d’activer la visite des touristes de ces deux pays et déclaré son intention de coopérer à développer ces échanges humains d’un point de vue de mettre l’importance à approfondir le lien d’amitié au niveau des citoyens. 

 

(5) La situation en Asie du nord-est
Les trois pays ont affirmé vouloir faire front uni pour obtenir de Pyongyang des actes concrets vis-à-vis des diverses affaires en cours, sur la base de la déclaration conjointe « des six ». Le Premier ministre Naoto KAN a notamment fait part de sa préoccupation quant au programme nord-coréen d’enrichissement de l’uranium, qui constitue pour le Japon une violation de la déclaration commune des six et des résolutions du Conseil de Sécurité des Nations Unies sur le sujet. Il a également loué les efforts diplomatiques déployés par la Chine dans sa présidence des Pourparlers à Six. Il a ensuite insisté sur la nécessité pour la Corée du Nord de reconsidérer au plus vite, dans le cadre du dialogue entre les deux Corées, sa position sur sa dénucléarisation et ses deux actes de provocation de l’année dernière, et de faire suivre d’effets les engagements pris lors des Pourparlers à Six. Enfin, il a demandé à la Chine et à la Corée du sud d’appuyer davantage le Japon sur la question des enlèvements de citoyens japonais par le régime nord-coréen.


barre de menu gauche
  • Archives
  • Archives
  • Archives
  • Archives
  • Archives