Relations bilatérales

Assemblée Générale de l'AIEA : Exposé de la position du Japon sur l'accident de la centrale nucléaire

La 55ème session ordinaire de l'Assemblée Générale de l'AIEA s'est tenue à Vienne du 19 au 23 septembre, en présence de Monsieur Goshi HOSONO, ministre d'État chargé de missions spéciales, représentant du Gouvernement japonais. Le ministre HOSONO s'est entretenu avec les autres représentants officiels, puis a exprimé sa gratitude pour le soutien reçu suite au grand séisme de l'Est du Japon, et expliqué les efforts réalisés et les perspectives à venir concernant l'accident de la centrale nucléaire, tout en évoquant la nécessaire collaboration avec l'AIEA et les autres pays. Il a également ouvert la séance d'information sur l'accident de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi organisée par le Japon en marge de l'Assemblée Générale de l'AIEA, au cours de laquelle il a déclaré que le Japon avait soumis un rapport additionnel sur l'accident à l'AIEA et que la situation s'améliore progressivement. Il a aussi rappelé que la gestion hors site, comme la décontamination, ou encore la gestion de la santé des habitants, font parties des priorités absolues du Gouvernement.

Discours du ministre HOSONO
Dans son intervention au premier jour de l'Assemblée Générale, le ministre a abordé l'accident de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi. Il a tout d'abord salué l'AIEA et ses États membres pour leur soutien après l'accident et a exprimé son estime pour le directeur général de l'AIEA, Monsieur Yukiya AMANO, et le leadership qu'il exerce basé sur la mise en pratique des enseignements tirés de l'accident pour améliorer la sûreté nucléaire sur le plan international. Il a ensuite indiqué qu'il était de la responsabilité du Japon de remédier le plus rapidement possible à l'accident de la centrale nucléaire, d'en investiguer les causes, et de partager avec la communauté internationale les enseignements tirés de ces efforts en les reflétant sur les efforts de l'AIEA pour un plus grand renforcement de la sûreté nucléaire, et que le Japon ferait tout pour mettre en œuvre le Plan d'Action sur le Sûreté Nucléaire. Il a également ajouté que le Japon ferait tout son possible pour accélérer le planning prévu et effectuer un arrêt à froid des réacteurs endommagés d'ici la fin de l'année, et que le Gouvernement souhaitait créer en avril prochain une « Agence de Sûreté et de Sécurité Nucléaire », qui serait un organe attaché au ministère de l'Environnement ayant pour objectifs d'unifier les autorités de régulation nucléaire, stimuler la culture de sa sûreté, et mettre en place un système de gestion de crise renforcé, tout en s'efforçant de renforcer fondamentalement les régulations de sûreté nucléaire elles-mêmes. Enfin, il a indiqué que le Japon entendait accueillir une mission de décontamination de l'AIEA en octobre, et qu'il coorganiserait une conférence de haut niveau en 2012 avec l'AIEA, durant laquelle le Gouvernement souhaiterait partager avec la communauté internationale les résultats de l'examen complet de la centrale et l'orientation des mesures de sûreté nucléaire. Sur les questions nucléaires régionales et l'usage pacifique de l'énergie atomique, le ministre a également expliqué la position du Japon et les efforts entrepris concernant la question nucléaire en Corée du Nord, Iran et Syrie, le désarmement nucléaire, ainsi que l'usage pacifique de l'énergie atomique, tout en indiquant que le Japon avait l'intention de continuer à travailler en collaboration avec l'AIEA et les autres pays.

Finalisation du plan d'action de l'AIEA sur la sûreté nucléaire
Lors de l'Assemblée Générale de l'AIEA, le plan d'action sur la sûreté nucléaire a été finalisé pour renforcer le cadre mondial de la sûreté nucléaire à la suite de l'accident de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi. Le directeur général de l'AIEA avait réalisé une ébauche de plan d'action, qui a été approuvée par consensus lors du Conseil des gouverneurs de l'AIEA du 13 septembre dernier, et a abouti au plan d'action finalisé qui comprend un préambule et 12 actions (dont (a) une évaluation sécuritaire du point de vue de l'accident de la centrale nucléaire ainsi que (b) les évaluations par des pairs de l'AIEA et d'autres mesures pour étendre la mission d'évaluation sécuritaire e l'AIEA sugérées par le Japon). Ce plan fait également référence à la conférence sur la sûreté nucléaire qui sera tenue conjointement par la Japon et l'AIEA en 2012.


barre de menu gauche
  • Archives
  • Archives
  • Archives
  • Archives
  • Archives