Participation du Premier ministre KISHIDA à la COP26

2021/11/2
©Cabinet Public Affairs Office
©Cabinet Public Affairs Office
Le 2 novembre 2021, le Premier ministre KISHIDA a participé au Sommet des dirigeants mondiaux ainsi qu’à d’autres rencontres organisées dans le cadre de la 26e Conférence des parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (COP26) à Glasgow (Royaume-Uni). Voici le compte-rendu de cette participation.
(Il s'agit là du premier Sommet des dirigeants de ce type depuis l'adoption de l'Accord de Paris en 2015).
 
À côté des diverses rencontres au sommet (Japon – États-Unis, Japon – Royaume-Uni, Japon – Australie, Japon – Vietnam) et de son entretien avec le Secrétaire général des Nations Unies, le Premier ministre KISHIDA a aussi rencontré de nombreux chefs d’État et de gouvernement comme les Premiers ministres indien et canadien, la présidente de la Commission européenne, les Présidents mongol, sri-lankais, kirghize et équatorien, les Premiers ministres koweïti et islandais, ainsi que l'envoyé spécial du Président américain pour le climat.
 
  1. Le Premier ministre KISHIDA a assisté au Sommet des dirigeants mondiaux organisé par le Royaume-Uni, qui présidait cette COP26, au cours duquel plus de 130 chefs d'État et de gouvernement ont prononcé des discours présentant les futures initiatives prises par chaque pays pour lutter à l’échelle mondiale contre le changement climatique.
 
  1. Dans son discours, le Premier ministre KISHIDA a signifié la détermination du Japon de consacrer tous ses efforts à relever le défi global que représente le changement climatique. Il a aussi dévoilé les quatre engagements suivants, destinés à assurer la réalisation de l'objectif de financement par l’ensemble des pays développés de 100 milliards USD par an [pour le climat].
 
  1. Développement d’un projet phare de 100 millions USD pour assurer la transition vers une décarbonation de la combustion des énergies fossiles au travers de l'Asia Energy Transition Initiative (AETI), et ce tout en mettant l'accent sur une optimisation des énergies renouvelables notamment en Asie ;
 
  1. Mise en place d’un programme d’aide supplémentaire pour les cinq prochaines années plafonné à 10 milliards USD en collaboration avec divers organismes comme la Banque asiatique de développement pour contribuer à l’établissement d'un cadre de coopération financière innovant destiné à soutenir notamment la décarbonation de l’Asie, qui s’ajoutera au plan d’aide public – privé de 60 milliards USD sur cinq ans dévoilé en juin dernier pour combler les déficiences de l'objectif de financement par les pays développés de 100 milliards USD par an.
 
  1. Doubler d’ici à 2025 les aides dans le secteur de l'adaptation au changement climatique* et mettre en œuvre des programmes comprenant l’aide public – privé de 14,8 milliards USD en faveur de  l'adaptation au changement climatique ;
 
  1. Mise en place d’une aide de près de 240 millions USD pour le secteur sylvestre et forestier.
 
* (Note) Prévenir ou atténuer les effets du changement climatique dans les pays les plus vulnérables, à travers par exemple la gestion des catastrophes.
 
  1. Le Premier ministre KISHIDA a également participé à un événement parallèle sur le développement des infrastructures et le changement climatique, co-organisé par les États-Unis (Président Joe BIDEN) et l'Union européenne (présidente de la Commission européenne Ursula van der LEYEN). Tout en saluant les approches présentées lors de cette réunion, il a souligné la nécessité d’une collaboration globale pour accroître les investissements dans les infrastructures de haute qualité, tels qu’ils ont été confirmés par le G20, en tenant compte de leurs effets climatiques pour garantir après la pandémie de la COVID-19. Il a également déclaré que le Japon initierait les initiatives internationales visant à assurer cette « reconstruction en mieux (Build Back better) », en mettant l’accent sur (1) les le changement climatique et les autres considérations environnementales ainsi que la résilience, (2) l’aménagement d’un financement du développement obéissant aux règles et normes internationales, et (3) la réponse aux besoins de financement des pays en développement pour assurer leur reprise post-COVID.
 
  1. Enfin, le Premier ministre KISHIDA a également visité le Pavillon Japon à la COP26, où des industriels japonais lui ont présenté les initiatives et les technologies pour la décarbonation exposées, qui participent à la réalisation de l'objectif à long terme du Japon en matière de lutte contre le changement climatique, à savoir la « neutralité carbone d'ici 2050 » et la décarbonation mondiale.
   
 

Traduction provisoire et purement informative

Article original (en anglais)